Jeûner et prier : pourquoi et comment ?

Par Alexandre Sarranle 28 mai 2019

Nous ne sommes pas habitués à jeûner. Mais c'est une pratique que l'on trouve chez les croyants de l'Ancien Testament comme du Nouveau.

*Dans une situation critique, pour demander le secours de Dieu : "Tous les Israélites et tout le peuple montèrent et vinrent à Béthel ; [...] ils jeûnèrent en ce jour jusqu'au soir." (Juges 20.26)

*Dans l'implantation d'une nouvelle église, pour demander la bénédiction de Dieu : "Après avoir prié et jeûné, ils les recommandèrent au Seigneur en qui ils avaient cru." (Actes 14.23)

*Jésus lui-même a affirmé qu'il serait normal pour ses disciples de jeûner en son absence, dans l'attente de son retour : "Les jours viendront où l'époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront." (Matthieu 9.15)

Jeûner consiste à se priver de nourriture volontairement, pendant un temps déterminé. Le but est de se rappeler que "l'homme ne vivra pas de pain seulement" et que sa dépendance de Dieu est plus grande encore que sa dépendance de la nourriture. L'idée, c'est que pendant le jeûne, plutôt que de manger, nous prions !

Richard Foster, un auteur dans la tradition "Quaker" évangélique, axée sur la pratique de la piété, explique : "Le principe du jeûne, c'est de renoncer volontairement à une fonction parfaitement normale, dans le but de se consacrer à une activité spirituelle plus intense. Dans la vie, ces fonctions naturelles n'ont rien de mauvais ; c'est juste que parfois, on les met temporairement de côté pour pouvoir mieux se concentrer."  (Tiré du livre "Celebration of Discipline")

Il ajoute encore : "Le jeûne peut entraîner de véritables avancées dans le domaine spirituel, des avancées qui ne se produiraient pas autrement."

Dans notre église, il arrive que nous appelions à une journée de jeûne et de prière. Dans ce cas, nous vous invitons à ne pas prendre de nourriture pendant la journée, et à mettre du temps de côté, intentionnellement, pour la prière. Une façon pratique de le faire consiste à prier pendant le temps que vous auriez normalement consacré aux repas.

Une précision importante : si nous sommes parents, nous ne devons pas imposer cela à nos enfants s'ils ne souhaitent pas participer. Le jeûne doit être une démarche volontaire. C'est un peu plus compliqué, mais nous pouvons jeûner tout en servant à manger à nos enfants. Nous pouvons en parallèle leur expliquer le sens de ce que nous faisons !

Voici quelques sujets de prière qui peuvent occuper nos temps de jeûne :

*Louons Dieu pour qui il est, pour sa fidélité envers nous, pour sa grâce, et pour les nombreux bienfaits qu'il nous accorde : le salut en son Fils Jésus, la communion de l'église, les dons particuliers des uns et des autres...

*Confessons nos péchés et demandons pardon à Dieu pour nos manquements. Demandons-lui de nous montrer ce qui lui déplaît dans notre vie et dans notre église.

*Prions Dieu pour les besoins actuels de l'église. Pour les malades, pour les démunis, pour les projets de l'église, pour les défis qui semblent insurmontables, pour les besoins matériels et financiers...

*Prions pour les responsables de l'église : pour leur ministère dans l'enseignement de la Parole, dans la prière, dans l'accompagnement pastoral...

*Prions pour le témoignage de notre église : que ce témoignage soit fidèle et fructueux, que des hommes, des femmes et des enfants se tournent vers Jésus-Christ.

*Prions les uns pour les autres ; prions pour nos familles, nos enfants ; prions que Dieu éloigne l'adversaire, le diable, qui "rôde comme un lion rugissant, cherchant qui dévorer" (1 Pierre 5.8)...

Un pasteur et sa femme ont écrit un livre sur la réalité du ministère pastoral, et dans un des chapitres, ils réfléchissent à la fameuse métaphore de l'apôtre Paul qui décrit "l'armure du chrétien" en rapport avec la question du combat spirituel. Sur ce passage (Éphésiens 6.10-20), où l'apôtre Paul dit qu'il faut prier "en tout temps", en y veillant "avec une entière persévérance", ce pasteur et sa femme écrivent :

"[Le chrétien] est prêt pour le combat, ajuste sa ceinture, remet son casque en place, s'assure avec précaution que sa lame est affilée puis, tendu, il serre son bouclier contre lui. L'ennemi approche. Ils sont immobiles, ils respirent lourdement. Le soldat chrétien fait alors la chose la plus stupéfiante qui soit—il tombe à genoux en ardente et profonde prière ! Certes, il y aura de l'action : il se lèvera et son sabre scintillera, mais tout s'accomplira par la puissance de la prière, car la prière précède tout le reste." ~ Kent & Barbara Hughes (Le Ministère libéré du syndrome de la réussite)

Jeûner et prier, seul ou en église, c'est se mettre au combat, à genoux !

Copyright ©2019 Église Lyon Gerland.