Être approuvé sans réserve par Dieu

Par Alexandre Sarranle 7 novembre 2021

Est-ce que vous aimeriez avoir l’approbation de Dieu ? Est-ce que vous aimeriez pouvoir vous tenir devant Dieu avec une assurance totale, sachant qu’il est pour vous, qu’il vous soutient sans réserve, que vous êtes beau (ou belle) à ses yeux, fort (ou forte), admirable, précieux (ou précieuse), exactement comme il faut ? Est-ce que vous aimeriez que Dieu prenne plaisir en vous ? Que Dieu dise tout haut : « Voilà quelqu’un de bien, voilà quelqu’un que j’apprécie sans réserve ! »

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais il me semble que nous tous, on produit beaucoup d’efforts, dans la vie, pour prouver notre valeur. Peut-être que c’est à nos parents qu’on veut prouver notre valeur, ou à nos enfants, à nos amis ou à nos ennemis, à nos collègues ou à nos clients—on cherche à prouver notre valeur aux autres… ou peut-être à nous-même, en fait !

Parce que si on a envie d’être bien vu, ce n’est pas forcément par orgueil. On a envie d’être apprécié, d’être reconnu comme quelqu’un de bien, et ce n’est pas forcément pour pouvoir se vanter, mais peut-être tout simplement pour qu’on se sente bien avec soi-même, qu’on se sente bien dans ses baskets. Parce que quand on arrive à plaire aux gens, eh bien on gagne en confiance en soi, on se sent plus épanoui, on a un sentiment de réussite, bref, on a l’impression d’avoir de la valeur !

Imaginez maintenant ce que ce serait, si c’était Dieu qui avait une opinion complètement positive de vous. Est-ce que ça vous ferait du bien, de le savoir, pour sûr ? Est-ce que ça vous rassurerait ? Est-ce que ça vous donnerait de la confiance en vous ? Qu’est-ce que ça changerait à votre vie quotidienne, à votre façon d’envisager l’avenir, à votre façon de traverser les problèmes ? Qu’est-ce que ça changerait à votre façon de prier ?

Alors avant d’aller plus loin, j’aimerais vous proposer un petit exercice-diagnostic. Comment imaginez-vous que Dieu vous voit en ce moment-même ? Est-ce qu’il est mécontent ? Est-ce qu’il fait la moue ? Est-ce qu’il fronce gravement les sourcils à cause de quelque chose que vous avez fait cette semaine ? Est-ce qu’il est moyennement distant et réservé ? Est-ce qu’il vous remarque à peine ? Est-ce qu’il patiente en attendant que vous fassiez vos preuves ? Est-ce qu’il vous sourit, mais c’est parce qu’il est gentil et qu’il a pitié de vous ?

Écoutez bien, mes amis, parce qu’on va considérer aujourd’hui un des textes les plus importants contenus dans la Bible. Toute la Bible est importante, bien sûr, mais parfois, le pasteur est chargé d’exposer un passage particulièrement capital, tant pour la compréhension du message essentiel des saintes Écritures, que pour la destinée éternelle des auditeurs. C’est une telle occasion qui se présente à vous et à moi ce matin.

On va prendre la suite de la lettre que l’apôtre Paul a écrite à la communauté chrétienne de la ville de Rome au premier siècle. Jusqu’ici, on a vu l’introduction (Rm 1.1-17), où Paul nous a dit qu’il allait nous parler d’un truc hyper important qu’il a appelé « l’évangile », c’est-à-dire littéralement une « bonne nouvelle » qui concerne quelque chose que Dieu a fait pour nous sauver, et qui est centré sur la personne et l’œuvre de Jésus-Christ.

Ensuite, on a vu la première partie de cette lettre (Rm 1.18—3.20), où Paul a cherché à nous montrer pourquoi on avait besoin d’être sauvé. Et il nous a dit, globalement, qu’on était coupable à cause du mal qui était en nous, et donc qu’on faisait l’objet de la juste colère de Dieu. Comment est-ce qu’on le sait ? On le sait parce que Dieu nous a révélé ses exigences dans les saintes Écritures (c’est ce que Paul appelle « la loi »), et on peut voir qu’on n’est pas du tout à la hauteur. On peut faire tous nos efforts, on peut essayer le plus possible d’observer la loi de Dieu, on n’arrive quand même pas à se rendre juste, parce qu’on a un truc en nous dont on n’arrive pas à se débarrasser, c’est ce que la Bible appelle le péché. C’est le mal qui habite dans notre cœur.

Par nature, donc, on est fautif aux yeux de Dieu, et Dieu nous désapprouve. Il nous condamne. On a besoin d’être sauvé, vous comprenez ?

Comment donc est-ce que cette situation peut être renversée, pour qu’on soit approuvé par Dieu ? Comment est-ce qu’on peut devenir quelqu’un de bien à ses yeux ? Eh bien c’est à ça que Paul va venir, maintenant, dans la deuxième section de sa lettre, où il va nous parler de comment on peut être « justifié » aux yeux de Dieu, c’est-à-dire « rendu juste », c’est-à-dire comment on peut passer de ce statut de « condamné » à un statut « d’approuvé » par Dieu.

C’est donc hyper, hyper important, vous voyez ? Et donc on va lire aujourd’hui le début de cette nouvelle section de la lettre de Paul aux chrétiens de Rome, et voici ce qu’on va voir : c’est que qui que tu sois, tu peux obtenir la pleine et entière approbation de Dieu, et cela, sans aucun effort de ta part. Comment alors ? Eh bien lisons le texte.

1/ Sans la loi (v. 21)

Alors comment est-ce qu’on peut être approuvé sans réserve par Dieu ? Eh bien tout est dans le plan de cette prédication : sans la loi, en Jésus, par la foi.

Premièrement : sans la loi. Regardez le texte. Juste le verset 21. C’est le point de départ de ce que Paul veut nous faire comprendre dans ce passage. Ce point de départ, c’est que le truc dont on a besoin pour être sauvé, on ne peut pas l’obtenir par nos propres efforts.

Alors revenons un peu en arrière. Quel est notre problème ? Notre problème, c’est qu’on est coupable, et que Dieu est juste, et donc que Dieu, qui est juste, doit normalement nous punir. Ce qu’on aimerait savoir, donc, c’est : est-ce que Dieu peut ne pas nous condamner, tout en restant juste lui-même ? Est-ce qu’il y a un moyen que ça puisse arriver, ça ?

L’apôtre Paul nous dit que oui, et c’est ça qu’il appelle « la justice de Dieu » qui a besoin d’être manifestée—littéralement, « élucidée » (v. 21). C’est-à-dire mise en lumière pour qu’on puisse voir comment c’est possible. Et comment ce truc-là nous est-il élucidé ? Comment est-ce qu’on découvre pleinement comment Dieu peut être juste tout en justifiant des gens coupables ? « Sans la loi est [élucidée] la justice de Dieu », dit Paul (v. 21).

« Sans la loi », c’est-à-dire « séparément de la loi ». Quand Paul parle de « la loi », ici, il veut dire tout simplement l’ensemble des textes sacrés que Dieu avait communiqués aux Israélites jusqu’à cette époque-là. Pour faire simple, c’est ce que nous, on appelle l’Ancien Testament : la partie de la Bible qui a été écrite avant l’époque de Jésus et des apôtres. Et donc Paul est en train de dire que la solution à notre problème apparaît très clairement grâce à un truc qui vient à part de ces textes et de toutes les consignes contenues dans ces textes.

Attention, ce n’est pas un truc qui vient en contradiction avec ces textes, pas du tout ! Paul dit bien, dans la même phrase, que la « justice de Dieu » qui est maintenant manifestée ou élucidée, est déjà « attestée dans la loi et les prophètes », c’est-à-dire que ces textes-là en parlent. Mais la justice de Dieu, dont parle la loi, est maintenant mise en lumière, manifestée, élucidée, par quelque chose qui est arrivé en plus de la loi.

On va y venir dans le deuxième point. Mais pour l’instant, ce qu’il faut comprendre, c’est que quand Paul dit : « sans la loi », ou : « séparément de la loi », il vise surtout une certaine façon d’aborder les textes de l’Ancien Testament, qui consisterait à chercher à se rendre juste devant Dieu en suivant le plus possible les consignes morales contenues dans ces textes. Ce serait une façon de rechercher la justice de Dieu—de chercher donc à être considéré comme juste par un Dieu qui est juste—en obéissant de toutes ses forces aux commandements de Dieu.

Mais Paul dit que ces efforts-là sont voués à l’échec. Ce n’est pas possible. Rappelez-vous ce que Paul vient tout juste de dire, juste avant notre passage ; c’est le dernier verset juste avant :

« Nul ne sera justifié devant [Dieu] par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché. » (Rm 3.20)

Vous voyez : on n’arrivera jamais à se rendre juste en pratiquant la loi, en observant au maximum les consignes contenues dans les textes sacrés—on va seulement se rendre compte d’une chose en faisant ça, c’est justement qu’on n’est pas à la hauteur.

Dans notre famille, on aime bien les accrobranches : vous savez, ces parcours acrobatiques dans les arbres, avec des échelles, des plateformes, des passerelles et des ponts de singe. Bref. Pour accéder à certains de ces parcours, il faut avoir une certaine taille minimum. Et donc les organisateurs placent souvent une règle verticale près de l’entrée, pour que les gens (généralement les enfants) puissent vérifier qu’ils ont bien cette taille minimum pour pouvoir accéder à l’accrobranche. « Il faut faire 1m40 minimum, tu fais combien ? Voyons… Ah, dommage ! 1m36, tu ne peux pas entrer ! »

Et donc toutes les consignes de Dieu contenues dans les textes sacrés, ça nous montre la « taille minimum » qu’il faut avoir pour pouvoir être considéré comme juste par Dieu—pour qu’il nous approuve, pour qu’on puisse entrer dans son royaume spirituel et demeurer dans la communion avec lui pour toujours. Mais à chaque fois qu’on va se mesurer à cette règle, qui nous décrit la justice de Dieu et qui nous fixe donc la hauteur à atteindre pour être juste selon Dieu—eh bien à chaque fois qu’on va se mesurer à cette règle, on va s’entendre dire : « Ah, dommage ! Tu n’es pas à la hauteur, tu ne peux pas entrer ! »

Et il est là le premier point, et c’est super important : le truc dont on a besoin pour être sauvé, on ne peut pas l’obtenir par nos propres efforts.

Écoutez bien : ce n’est pas en étant un citoyen honnête, respectueux des lois et des autorités, qu’on obtient l’approbation de Dieu. Ce n’est pas en ne tuant personne, en ne volant rien et en ne mentant jamais. Ce n’est pas en travaillant dur dans son entreprise et en subvenant aux besoins de sa famille qu’on arrivera à se rendre juste aux yeux de Dieu. Ce n’est pas non plus en élevant bien nos enfants, ou en partant en mission à l’étranger, ou en faisant de longues études de théologie. Ce n’est pas non plus en se faisant baptiser, ou en prenant la sainte-cène, ou en venant chaque dimanche au culte, et chaque semaine au groupe de maison. Ce n’est pas ça qui va nous permettre d’être approuvé par Dieu.

Ce n’est pas non plus ce que nos amis catholiques appellent le sacrement de la confirmation, ni la confession auprès d’un prêtre, ni l’onction d’huile, qui peuvent faire de nous des gens justes aux yeux de Dieu. Ni l’aumône, ni le jeûne, ni le martyre, ni l’activisme politique, ni la protection de l’environnement, ni la lecture quotidienne de la Bible, ni la préparation d’une bonne prédication, ni les groupes de croissance, ni le bénévolat dans une librairie chrétienne, ni un mariage heureux, ni aucune autre discipline, aucune autre pratique, aucune autre cérémonie—si bonne soit-elle par ailleurs—ne peut nous obtenir l’approbation de Dieu.

Franchement, est-ce que vous n’êtes pas fatigués d’essayer tout le temps d’être à la hauteur ? Il y a un truc vraiment libérateur dans notre texte, ici.

« Sans la loi est manifestée la justice de Dieu, attestée dans la loi et les prophètes. »

Comment est-ce que la justice de Dieu est manifestée, alors ? C’est le deuxième point.

2/ En Jésus (v. 22-26)

Deuxièmement : Jésus-Christ a accompli tout ce qui était nécessaire pour que des gens coupables puissent être considérés comme justes par un Dieu qui est juste.

Revenons au texte (v. 22-26). L’apôtre Paul, dans ces quelques versets, apporte donc la réponse au problème qu’il a décrit assez longuement dans les chapitres précédents. Et il donne cette réponse de manière très claire et très bien expliquée.

Comment est-ce qu’on peut être coupable et pourtant justifié aux yeux d’un Dieu qui est juste ? La réponse se trouve en Jésus (v. 22). Car tout le monde est pécheur et séparé de Dieu par nature, c’est vrai (v. 23), mais en Jésus il y a un moyen de rédemption qui permet de devenir juste aux yeux de Dieu par sa grâce, c’est-à-dire d’une manière gratuite pour nous, sans la loi, donc—sans effort de notre part (v. 24).

Comment ça se fait ? C’est parce que Jésus est un moyen d’expiation (v. 25), c’est-à-dire que son sang a été versé sur la croix comme paiement, ou comme punition, non pas pour ses péchés à lui puisqu’il n’en n’avait pas, mais pour les péchés des croyants : « ceux qui auraient la foi en son sang », comme Paul les appelle.

Alors il faut qu’on marque une pause juste ici.

Il faut savoir que Paul utilise un terme très particulier en grec, qui est traduit par « moyen d’expiation », ou « victime expiatoire », ou « sacrifice d’expiation » au verset 25. En grec, c’est le terme « propitiatoire ». Autrement dit : « C’est Jésus que Dieu a destiné comme propitiatoire pour ceux qui auraient la foi en son sang », ou peut-être : « C’est Jésus que Dieu a destiné à être par son sang un propitiatoire pour ceux qui auraient la foi. »

Vous vous rappelez ce que c’est que le propitiatoire ? C’est un terme que les Juifs auraient très bien reconnu, puisque c’est le couvercle de l’arche de l’alliance que Dieu avait demandé à Moïse de construire, dans le livre de l’Exode. Bon, je ne vais pas rentrer dans tous les détails. Mais l’arche de l’alliance, c’était un grand coffre que les Israélites devaient transporter avec eux dans le désert, après qu’ils ont été libérés de l’esclavage en Égypte. Dans ce coffre, il y avait les tablettes en pierre sur lesquelles étaient gravées les Dix Commandements. Et au-dessus du coffre, sur le couvercle, il y avait une sculpture en or qui représentait la gloire de Dieu. Entre les deux, donc, ce couvercle—le propitiatoire. En hébreu, le kapporet (cf. Ex 25).

Ce couvercle se trouvait donc à la rencontre entre la gloire de Dieu (au-dessus) et les exigences morales données aux hommes (en-dessous).

Et sur ce couvercle, une fois par an, le jour des expiations (Yom Kippour, de la même racine que kapporet, le verbe kaphar, qui veut dire recouvrir, effacer, apaiser)—le jour des expiations, donc, ou le jour du grand pardon, il fallait faire une aspersion de sang sur ce couvercle (cf. Lv 16). Ça servait à montrer aux gens que même si notre culpabilité devant les exigences morales de Dieu nous « séparait de la gloire de Dieu » et nous exposait à son châtiment, Dieu nous donnait quand même un couvercle pour nous protéger de la punition requise par sa justice, et cette protection vient par du sang qui doit être versé.

Et donc comme le dit Paul, « c’est Jésus que Dieu a destiné à être par son sang un propitiatoire pour ceux qui auraient la foi. » (v. 25)

Ce que je veux que vous voyiez, c’est que Paul utilise un langage que son auditoire juif aurait très, très bien compris. Et ce que Paul est en train de faire, c’est qu’il est en train de montrer à son auditoire qu’effectivement, cette justice de Dieu qui a été manifestée en Jésus était bel et bien attestée dans la loi et les prophètes (dans les pages de l’Ancien Testament).

Et donc la venue de Jésus permet d’élucider ce problème : comment donc est-ce qu’on peut être déclaré juste—alors qu’en fait on est coupable—par un Dieu qui resterait juste lui-même ? Et voici comment ce nœud gordien est dénoué : oui, Dieu exerce sa justice en déversant sa colère contre nos péchés, sauf qu’il le fait sur Jésus, sur la croix.

Et de cette façon, les gens qui se cachent spirituellement « sous ce couvercle », sont débarrassés de la peine de leurs péchés, ils sont débarrassés de leur culpabilité devant Dieu, qui est expiée une fois pour toutes. La colère de Dieu est ainsi apaisée, c’est-à-dire que la justice de Dieu contre nos péchés est satisfaite, et tous ceux qui sont attachés à Jésus par la foi sont vus par Dieu le Père en Jésus son Fils, qui lui-même est parfaitement juste.

Donc si vous avez bien suivi : Jésus-Christ a accompli tout ce qui était nécessaire pour que des gens coupables puissent être considérés comme justes par un Dieu qui est juste.

Et c’est ce que Paul confirme aux versets 25-26, comme s’il disait : « Vous voyez ? En Jésus, sur la croix, Dieu montre sa justice—cette justice de Dieu qu’on cherchait à élucider ! Puisque d’un côté, il punit les péchés, et en même temps il justifie celui qui a la foi. Alors qu’on se demandait peut-être comment Dieu pouvait sauver des gens coupables sans se montrer injuste, c’est-à-dire sans fermer les yeux sur le péché, eh bien en Jésus, on voit clairement comment Dieu fait. En Jésus notre Dieu juste punit les péchés de ceux qu’il veut sauver, et en Jésus notre Dieu juste justifie des coupables ! »

Comme le dit Paul—non pas l’apôtre, mais Paul le théologien—Paul Wells dans son excellent livre qui vient de sortir, La Grâce (étonnante) de Dieu :

« À la croix, l’équité de Dieu et la bonté de Dieu sont entrelacées dans un seul et même acte de salut. » (p. 336)

C’est très important de comprendre la centralité de Jésus dans le salut que Dieu présente aux hommes. Je vais dire un truc un peu choquant, mais sans Jésus, Dieu ne pourrait sauver personne. Écoutez bien ce que je veux dire par là.

Dieu ne peut pas amnistier des gens qui sont réellement coupables. Dieu est juste, il est parfaitement, divinement juste, et parce que ça fait partie de ses attributs, il ne peut pas, sans contredire sa nature, tout simplement fermer les yeux sur le mal. Vous vous rappelez qu’on a dit que la colère de Dieu, ce n’était pas un sentiment chez Dieu, mais que c’était tout simplement la rencontre de nos péchés avec sa justice. Dieu est juste par nature, et il est donc impossible que le mal ne soit pas rétribué un jour, sans quoi Dieu ne serait pas Dieu !

Mais en même temps, on a tous le mal qui habite en nous, et on est tous coupable devant Dieu. Dans ces conditions, comment est-ce qu’on peut être sauvé ? En Jésus.

Parce qu’en Jésus, on n’est pas amnistié, on est justifié. Quand quelqu’un est amnistié alors qu’il a commis une faute, il porte encore la culpabilité de sa faute. On lui dit : « Bon, tu es coupable, mais tu ne vas pas payer pour tes crimes. Parce qu’on est gentil. » Mais avec Dieu qui est juste (pas simplement gentil), ça ne peut pas marcher.

En revanche, si on a la foi en Jésus, Dieu nous regarde et il nous dit : « Tes crimes ont été punis, et il n’y a plus rien à payer. Tu n’es donc pas coupable, tu es juste. Je te regarde et tu es blanc comme neige. Tu es irréprochable, tu es complètement juste ! »

Mes amis, c’est tellement important de comprendre ça ! Parfois on s’imagine que si on est chrétien, eh bien Dieu est simplement devenu tolérant de nos péchés. Il n’est pas content, mais grâce à Jésus, ça passe. On a une sorte d’excuse en Jésus. Il nous met un genre de maquillage spirituel et on ne sait pas trop comment, mais ça va passer.

N’importe quoi ! Je veux vous le dire très, très solennellement : en Jésus, on est débarrassé de nos péchés aux yeux de Dieu. Nos péchés passés, présents, et futurs ! Jésus les a portés sur la croix. C’est ça que ça veut dire, d’être justifié. Ce n’est pas que nos péchés sont cachés : ils sont expiés. Dieu ne nous regarde pas avec un air un peu méfiant, avec un peu de dégoût, en restant à distance parce qu’il sent l’odeur infecte de nos péchés qui traîne quelque part—pas du tout ! En Jésus, on a l’approbation totale de Dieu, il nous accueille sans réserve et il prend plaisir en nous qui sommes, à ses yeux, exactement comme il faut !

Malgré tes péchés d’hier, et d’aujourd’hui, et de demain, malgré la violence de tes paroles, et l’impureté de ton cœur, malgré tes mensonges, et ta convoitise, et ton impatience, et ta paresse, et ton insolence, et ton ingratitude, et tes pensées d’adultère et de meurtre—Jésus-Christ a accompli tout ce qui était nécessaire pour que des gens coupables puissent être considérés comme justes par un Dieu qui est juste. C’est dingue !

« Alors par pitié, Alex, dis-nous comment on peut entrer au bénéfice de ce que Jésus a accompli ! Comment est-ce que le truc que Jésus a accompli à la croix pour élucider la justice de Dieu… peut s’appliquer à moi ? » C’est le dernier point.

3/ Par la foi (v. 27-31)

Troisièmement : par la foi. Ce qu’on voit dans les derniers versets de notre passage (v. 27-31), c’est que pour être sauvé, on n’a rien à faire, c’est Jésus qu’on doit laisser faire !

Revenons une dernière fois au texte. Paul a déjà mentionné la foi à plusieurs reprises dans ce passage. Mais maintenant, il va vraiment insister sur ce point. Et pour qu’on comprenne ce qu’il veut dire par « la foi », il va l’opposer à un autre truc qu’il appelle « les œuvres ». Les œuvres, ça désigne tous nos efforts d’obéissance aux consignes que Dieu nous a données dans les textes qu’il a inspirés (encore une fois, dans le contexte de Paul, c’est l’Ancien Testament, ce qu’il a appelé « la loi et les prophètes » au v. 21).

Bien sûr, obéir aux consignes de Dieu, notamment à toute sa loi morale, c’est très bien ! Seulement, comme on l’a vu, tous nos efforts ne peuvent pas nous sauver, parce qu’on n’arrivera jamais à complètement remplir les conditions de la loi de Dieu. Même s’il était possible, aujourd’hui, d’arrêter définitivement de pécher, ce serait trop tard de toute manière, puisqu’on n’a pas les moyens d’effacer les péchés qui ont déjà été commis, et encore moins d’extirper le mal qui habite dans notre cœur depuis notre naissance et même avant !

Puisqu’on ne peut pas se sauver par des choses qu’on pourrait faire, eh bien ce que Paul nous a expliqué, en revanche, c’est qu’on pouvait être sauvé par les choses que Jésus a faites. Du coup, si on est sauvé par ce que Jésus a fait, on n’a aucune raison de se vanter. Nous, on n’y est strictement pour rien ! C’est ce que dit Paul au verset 27.

Et c’est comme ça que Paul illustre pour nous ce que c’est que la foi. C’est quelque chose dont on ne peut tirer aucun mérite. On ne peut pas se féliciter d’avoir la foi.

Donc encore une fois, nous dit Paul, comme il l’a dit au début : sans la loi, sans les œuvres de la loi (v. 28), l’homme est justifié par la foi. Et du coup, par ce moyen-là nous dit Paul, même les gens qui n’ont pas la loi, qui ne la connaissent pas, qui ne savent pas comment la pratiquer, peuvent être sauvés. Dieu est le Dieu des Juifs et des païens (v. 29). Il est le Dieu de tout le monde, puisqu’il est Dieu tout court !

Et donc par la foi en Jésus, Dieu présente le salut à tous les humains. Il n’y a pas de discrimination devant la grâce de Dieu. Personne n’est mieux placé qu’un autre pour être sauvé, personne n’a moins à faire ou plus à faire que les autres pour être sauvé, tout le monde est strictement à égalité devant la personne et l’œuvre de Jésus. On doit placer notre foi en lui.

Mais qu’est-ce que ça veut dire exactement, placer sa foi en Jésus ? Ce serait bien de le savoir, non ? Alors accrochez-vous. En théologie, on distingue souvent trois aspects à la foi—à la vraie foi. On les appelle en latin notitia, assensus et fiducia. C’est-à-dire la connaissance, l’assentiment (le fait d’être d’accord), et la confiance. (De temps en temps de dois mettre un peu de latin dans mes prédications pour que vous me respectiez !)

Alors on va prendre une illustration pour essayer de comprendre.

Imaginez que vous ayez des symptômes désagréables comme des maux de tête ou des maux de ventre, pratiquement tous les jours. Vous décidez de consulter un médecin. Et le médecin vous dit : « Monsieur Sarran, j’ai une mauvaise nouvelle, vous avez un cancer, et vous avez besoin d’être opéré. » Là, vous venez d’entendre une information, c’est une information intellectuelle. C’est la notitia, la connaissance intellectuelle d’une information.

Mais il ne suffit pas d’avoir entendu l’information, il faut encore la croire. Il faut adhérer à l’information, il faut être d’accord avec. Ça, c’est ce qu’on appelle l’assensus. Parce que vous pourriez aussi bien repartir de chez le médecin sans croire à ce qu’il vous a dit. Vous auriez simplement reçu une information : « Mon médecin dit que j’ai un cancer et que ça explique mes maux de tête et que j’ai besoin d’être opéré. » Mais si vous souscrivez à l’information, ça devient : « J’ai un cancer et ça explique mes maux de tête et j’ai besoin d’être opéré. »

Donc ça, c’est l’assensus. Il ne suffit pas d’avoir entendu, aujourd’hui par exemple, qu’on ne peut pas être sauvé par nos propres efforts, et que Jésus, lui, a fait tout ce qu’il fallait pour qu’on puisse être sauvé. Il faut non seulement être au courant de cette information intellectuellement, mais il faut aussi la croire, cette information, intellectuellement !

Mais même ça, ça ne suffit pas. À quoi bon avoir entendu le diagnostic et le remède possible, de la part de votre médecin, et même d’y croire, si vous ne vous faites pas soigner ? À quoi bon, si votre médecin vous dit : « Maintenant, Monsieur Sarran, vous devez me laisser faire, je vais vous administrer une anesthésie et je vais vous opérer pour vous guérir », à quoi bon si vous refusez de remettre votre vie entre ses mains ?

Et ça, c’est donc la fiducia, la confiance réelle, la confiance au point de s’en remettre à quelqu’un d’autre, la confiance en mouvement, la confiance qui se traduit en actes.

Ces trois éléments nous décrivent la vraie foi. L’inverse de la foi, du coup, ce serait le déni (je ne crois pas que j’ai un problème) ou les œuvres (je crois que j’ai un problème et je vais essayer de me guérir moi-même). Mais en réalité, pour être sauvé, on n’a rien à faire, c’est Jésus qu’on doit laisser faire !

Et ça, nous dit Paul, ce n’est même pas contradictoire avec les enseignements de la loi (l’Ancien Testament), ce n’est pas révolutionnaire. Au contraire, dit-il (v. 31) ! C’est déjà ce qui était prévu dans ces textes, et c’est ce que Paul démontrera dans le chapitre suivant.

Alors écoutez bien, parce que maintenant-même, au moment où je vous parle, il est en train de se passer un truc super important. Notre grand Dieu, dont on a beaucoup parlé, lui le chirurgien de notre âme, est présent au milieu de nous. Il est vivant, il est personnel, et il nous parle. Jésus son Fils, notre rédempteur, qui s’est donné sur la croix, et qui est ressuscité le troisième jour, est vivant, et il est là par son Esprit, et il nous invite à venir à lui.

Ce grand médecin qui peut nous sauver, nous demande, à chacun de nous, en ce moment-même : « Est-ce que tu crois ? Est-ce que tu crois… en moi ? Est-ce que tu me fais confiance au point de t’en remettre à moi sans réserve, pour être sauvé ? Est-ce que tu aimerais être débarrassé de tes péchés, et connaître la liberté d’être un enfant de Dieu ? Viens à moi, toi qui es fatigué et chargé, et je te donnerai du repos ! »

Mes amis, ce n’est pas de la théorie. C’est une invitation réelle, personnelle, que Jésus qui est présent ici maintenant-même, nous présente. Est-ce que vous entendez sa voix ?

Et si on veut répondre à sa voix, par la foi, voici à quoi ça peut ressembler en pratique. D’abord, verbalement, en disant à Jésus dans la prière : « D’accord, Seigneur, je viens à toi. D’accord, je m’en remets complètement à toi. Vas-y, Seigneur, prends en charge ma vie. Je crois en toi. » Ça peut se passer en silence, dans le secret de son cœur.

Mais ça ne peut pas rester secret ou confidentiel. La confiance réelle, c’est une confiance qui nous engage totalement et qui se traduit en actes. C’est une confiance qui se voit. Et donc répondre par la foi à Jésus, c’est aussi professer cette foi publiquement. Peut-être que vous croyez en Jésus mais que vous n’avez jamais été baptisé, ou peut-être que vous avez été baptisé quand vous étiez enfant, mais que vous n’avez jamais prononcé d’engagement avec le Seigneur publiquement. C’est peut-être le moment d’y réfléchir !

Répondre à Jésus par la foi, c’est aussi, troisièmement, changer radicalement de posture dans la vie. Si j’ai vraiment confiance en Jésus, c’est lui du coup qui va commander ma vie. C’est lui le bon maître, le bon berger, et toute mon échelle de priorités va changer.

Quatrièmement, si je m’attache à Jésus par la foi, je vais aussi naturellement m’attacher à sa famille, c’est-à-dire à son Église. Je ne suis pas tout seul à être un chrétien, un disciple, un enfant de Dieu. Je fais partie d’un corps, d’une communauté, que Jésus lui-même a voulue et qu’il conduit—et si c’est important pour lui, c’est important pour moi !

Enfin, cinquièmement, répondre à Jésus par la foi, c’est aussi recevoir par la foi les bienfaits—ou les soins, les traitements—qu’il veut me donner par les moyens qu’il a institués et qu’on appelle les « moyens de grâce », qui agissent comme de puissants médicaments dans notre vie chrétienne : le culte, la sainte-cène, la prière, la lecture de la Bible et la communion fraternelle (c’est-à-dire le temps qu’on passe avec nos frères et sœurs dans la foi).

Bref, tout ça pour dire quoi ? Eh bien en introduction, on réfléchissait au fait qu’on avait tous tendance à fournir beaucoup d’efforts pour essayer de prouver notre valeur et pour obtenir l’approbation des gens autour de nous—parce que quelque part, on a besoin de ça.

Le Dr Albert Ellis, psychologue athée, mort en 2007, a dit que la croyance irrationnelle numéro un qu’il observait chez ses patients, c’était le besoin d’approbation. « Si seulement je pouvais obtenir l’approbation des gens autour de moi, si les gens avaient une opinion positive de moi, je serais épanoui et heureux et je me sentirais bien. » On a ça en nous, non ?

Mais si on avait l’approbation… de Dieu ? Et si on pouvait savoir, pour sûr, que Dieu est pour nous, qu’il prend plaisir en nous, et qu’on est vraiment à ses yeux des gens bien, exactement comme il faut ? Qu’est-ce que ça, ça pourrait changer à notre vie ?

Et voilà ce qu’on a vu dans ce texte : qui que tu sois, tu peux obtenir la pleine et entière approbation de Dieu, et cela, sans aucun effort de ta part.

Tu ne te trouves peut-être pas toi-même très beau (belle), très fort (forte), très intelligent (intelligente), très admirable ou très aimable. Parce que tu connais ton cœur et tes pensées, et tu vois le mal que tu es capable de commettre. Mais voici le merveilleux scandale de l’Évangile : sans la loi, en Jésus, par la foi, tu es parfait (parfaite) aux yeux de Dieu.

Tu n’as pas besoin de fournir des efforts pour gagner la faveur de Dieu, ou pour compenser sa défaveur—si tu continues comme ça, tu vas osciller entre l’orgueil quand tu as l’impression de réussir, et le désespoir quand tu échoues. En réalité, tu peux te reposer de tes œuvres, parce que si tu es attaché à Jésus, tu es déjà approuvé sans réserve par Dieu, pour toujours.

Sans la loi, en Jésus, par la foi. Comme les théologiens l’ont parfois résumé : selon les Écritures seules, on est sauvé par la grâce seule, par le moyen de la foi seule, en Jésus seul. À Dieu seul la gloire !

Copyright ©2021 Église Lyon Gerland.